Prêt immobilier insuffisant pour finir une maison : que faire ?

finir une maison

Théoriquement, un prêt immobilier est censé couvrir entièrement les travaux de construction d’une maison. Cependant, il arrive que certains imprévus gonflent le coût réel des travaux rendant le crédit insuffisant pour terminer le projet. Mais quelles sont donc les solutions possibles dans ce cas pour ne pas voir son chantier inachevé ? Éléments de réponse.

Quelles sont les solutions disponibles en cas de prêt immobilier insuffisant pour finir une construction ?

Si un prêt immobilier se révèle finalement insuffisant pour terminer en bonne et due forme une construction immobilière, l’emprunteur peut toujours tenter d’avoir une rallonge sur son prêt immobilier. Toutefois, cette opération s’avère très complexe et très peu pratiquée par les établissements de prêt, car elle implique une nouvelle étude et surtout un rééquilibrage financier qui donnera lieu à un endettement plus important. Endettement qui peut grandement dépasser le seuil admis de 33 %.

Outre la rallonge de crédit, l’emprunteur peut également se tourner vers les crédits à la consommation, les prêts travaux ou encore les réserves d’argent. Mais comme la rallonge de crédit, cette alternative contribuera à augmenter l’endettement de l’emprunteur. Et ce, d’autant plus que ces types de prêt ont des taux d’intérêt plus élevés qu’un prêt immobilier.

À ce jour, la meilleure solution dans un tel scénario catastrophe est le regroupement de crédit. Également appelée rachat de crédit, cette opération bancaire consiste à rassembler en un seul prêt nouveau, tous les prêts existants de l’emprunteur, avec une durée de remboursement allongée. Il hérite ainsi d’une mensualité unique et de nouvelles conditions de prêt plus adaptées à sa situation financière et notamment à ses capacités réelles de remboursement. En plus, il peut se voir accorder des fonds supplémentaires pour finir sa maison.

Comment s’assurer que le prêt immobilier contracté couvre l’intégralité des travaux de construction ?

Pour éviter un dépassement budgétaire et se trouver à court de financement pour terminer un projet de construction immobilière, il est recommandé de faire preuve d’une grande vigilance. Et ce, que l’on décide de réaliser les travaux soi-même avec l’aide d’artisans spécialisés ou de les confier à un constructeur professionnel ou à un promoteur.

Dans tous les cas, il est capital d’établir un bon plan de financement et définir un budget prévisionnel au plus proche de la réalité avant d’engager les travaux. Le budget à prévoir doit non seulement englober les gros œuvres – murs, toiture, plafonds, portes et fenêtres… – mais également les travaux de finition – peinture, carrelage, installations électriques, plomberie…

Il faut également choisir méticuleusement les professionnels à qui confier les travaux. Pour parer à tous risques d’escroquerie et de manque de sérieux de la part des prestataires, il est conseillé de demander quelques garanties réglementaires. Il faut entre autres exiger la garantie décennale sur le gros œuvre et la garantie ouvrage, l’assurance dommages, une garantie de prix et de délais de livraison ainsi qu’une garantie obligatoire d’un achèvement total et parfait de la construction et la signature d’un contrat CCMI (contrat de construction de maison individuelle).