La cheminée bio éthanol et les biocarburants au secours du climat

cheminee-bio-ethanol-bio-

Depuis quelques années, les préoccupations pour préserver l’environnement sont de plus en plus prononcées. En effet, les gaz à effet de serre sont de plus en plus émis et entraînent le réchauffement de la planète, ces phénomènes sont renforcés par la destruction des forêts et autres pratiques qui mettent en danger l’ensemble de la planète et ses habitants. L’utilisation de biocarburants notamment dans les véhicules et dans la cheminée bio éthanol et autres équipements, est un moyen comme un autre de limiter les émissions de gaz toxiques tout en assurant le confort des utilisateurs. En guise de rappel sur les cheminées fonctionnant aux biocarburants, précisons que celles-ci présentent des performances assez semblables à celles qui utilisent le bois ou les autres systèmes de chauffage. La chaleur émise se diffuse assez bien dans la pièce. Un avantage de ces appareils, c’est qu’ils ne produisent pas vraiment de déchets donc leur entretien est simple, de plus on en retrouve sous toutes les tailles, toutes les formes, tous les styles et toutes les couleurs, de quoi adapter votre cheminée à votre intérieur et à votre décoration. Quant aux prix, ils dépendent entre autres des performances des appareils.

La France s’est mobilisée autour des bioénergies durant le mois de juin 2015, lors du colloque annuel consacré aux bioénergies. Ce colloque était organisé par le Syndicat des énergies renouvelables en partenariat avec France Biomasse, le 30 juin dans la ville de Paris. Ce colloque porte le label COP 21. La cérémonie d’ouverture des activités a été marquée par le discours du ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, Madame Ségolène ROYAL. Selon la loi concernant la transition énergétique en faveur de la croissance verte, la France a pour objectif d’atteindre 32% d’énergies renouvelables dans le mix énergétique à l’horizon 2030. Ces 32% prennent en compte les cheminées bio éthanol et leurs consommations.

Le moment est donc venu de mener des activités sur le terrain afin d’atteindre ces objectifs en temps et en heure. De nombreuses questions ont été posées par exemple quels rôles jouent les bioénergies ? Quels sont les nouveaux mécanismes de soutien ? Quelle est la part de l’énergie dans la prochaine programmation pluriannuelle ? Comment évolueront les divers outils d’accompagnement ? Que décidera l’Europe pour l’avenir des biocarburants ? Autant de questions auxquelles les experts doivent trouver des réponses. Il serait aussi bon de se demander si les biocarburants de première génération qui servent dans la cheminée bioéthanol continueront d’être produits, ou alors l’accent sera mis sur les biocarburants de deuxième et troisième génération ?